Bienvenue sur notre site,
Vous naviguez sur sa version tablette

Lutte contre les nuisibles

> Le charançon rouge du palmier 

En Bretagne, plusieurs foyers de charançon rouge du palmier ont été signalés depuis 2013. En fin d’été 2023 de nouveaux foyers ont été détectés dans le Sud Morbihan et à Plouhinec depuis le printemps 2024.

Pour répondre à cette menace sanitaire, la réglementation française oblige les collectivités locales et les particuliers détenteurs de palmiers, à mettre en oeuvre une surveillance et une lutte contre ce ravageur, pilotée par la DRAAF (Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt) épaulée de la FREDON Bretagne. (Arrêté Ministériel du 25 juin 2019).

L'insecte Rhynchophorus ferrugineus, ou charançon rouge du palmier, est un ravageur majeur qui provoque la mort de son hôte.
Les dégâts occasionnés par le charançon rouge peuvent fragiliser la structure du palmier et conduire à l'affaissement de la couronne de palmes ou à la chute du végétal complet. Compte tenu de leur masse, les chutes de palmiers peuvent occasionner d'importants dégâts voire être la cause d'accident.


Déclaration de détention obligatoire
Dans le cadre d’une lutte collective, les palmiers sensibles (Phoenix canariensis et phoenix dactylifera), présents sur la commune (espaces privés et publics) doivent faire l’objet d’une déclaration obligatoire auprès de la FREDON Bretagne. 
Pour ce faire, merci de compléter le formulaire disponible sur leur site :
https://rajyh24neia.typeform.com/to/lPsV4dPq?typeform-source=fredon-bretagne.com

Protocole à suivre
Toute opération de lutte doit être réalisée par des professionnels agréés par la DRAAF 
Il est donc interdit de procéder à ces interventions soi-même.
3 cas de figure peuvent se présenter :

  • Le palmier n'est pas atteint mais sera traité à titre préventif, une fois par an pendant 3 ans.
  •  Le palmier est modérément atteint, il sera traité à titre curatif, une fois par an pendant 3 ans.
  •  Le palmier est trop attaqué pour être traité, un abattage sera nécessaire.

Renseignements : mairie de Plouhinec – service Développement durable – 02 97 85 88 77 / touscitoyen@plouhinec.com

> Le frelon asiatique 

Introduit accidentellement en France en 2004, le frelon asiatique gagne du terrain. Déjà présent dans 50 départements, il a été repéré en Bretagne. Un arrêté ministériel vient de la classer comme dangereux pur les ruches.

Comment l’identifier?
De couleur sombre, plus petit que le frelon commun, il porte une large bande orangée à l’extrémité de l’abdomen. Son nid est souvent bâti à la cime d’un arbre, mesure de 40 à 80 mm et dispose d’une seule entrée.

Pourquoi le contrer?

-Il constitue une menace pour l’homme : sa piqûre peut être mortelle en cas d’allergie

-Pour l’apiculture : grand prédateur des abeilles domestiques, il détruit les ruches (jusqu’à 20% de mortalité sur une même ruche)

-Pour la pollinisation : moins d’abeilles = moins de pollinisation

> Si vous constatez la présence d’un nid dans un de vos arbres :

Pour toute découverte d'un nid primaire ou secondaire, il est impératif de prévenir l'accueil ou le Pôle technique de la mairie qui feront suivre le signalement le cas échéant au référent communal. Ce dernier fera appel à un désinsectiseur professionnel référencé par la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles du Morbihan (FDGDON).

Formulaire de demande d'aide communale

Recommandations et techniques de piégeage

Liste Désinsectiseurs

 

La chenille processionnaire du pin

La chenille processionnaire du pin est un insecte de l’ordre des lépidoptères connu pour son mode de déplacement en file indienne. Elle est présente dans le Morbihan depuis de nombreuses années, avec un effectif de population beaucoup plus important au sud.

Les conséquences de leur présence sont de deux ordres :
> défoliation des arbres entraînant un affaiblissement des sujets fortement touchés (perte de croissance et vulnérabilité plus grande aux maladies)
> Risques de réactions allergiques (urtications, démangeaisons, oedèmes), parfois grave, chez l’homme et les animaux domestiques. En effet, ces chenilles libèrent, à certains stades de leur développement, de nombreux poils microscopiques, sorte de petits harpons qui se fixent dans la peau. Suite à un frottement, ceux-ci se cassent et libèrent du venin provoquant des allergies. La période à risque s’étale de janvier à mai pour la processionnaire du pin et de fin mai à fin juillet pour la processionnaire du chêne.

Chaque année, la FDGDON 56 propose une lutte collective contre ces chenilles, par pulvérisation à partir du sol (micro-tracteur et canon nébulisateur).

Il s’agit d’un traitement biologique utilisant une solution de Bacille de Thuringe, sans danger pour l’homme, les animaux et l’environnement.

Les Mairies enregistrent les demandes et les transmettent à la FDGDON 56. Nous organisons par la suite les interventions sur le terrain avec un prestataire.

Les inscriptions sont à faire en Juillet-Août pour un traitement réalisé entre fin septembre et début décembre.

> La chenille processionnaire du chêne

La Fredon Bretagne et la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles ( FREDON 56 ) , en partenariat avec la Mairie de Plouhinec, poursuit sa lutte biologique contre la chenille processionnaire du Chêne (par pulvérisation à partir du sol d’une solution de bacille de Thuringe avec un micro-tracteur et un canon nébulisateur).
Cette solution est sans danger pour l’homme, les animaux et l’environnement.
Les conséquences de leur présence sont de deux ordres :
Défoliation des arbres entraînant un affaiblissement des sujets fortement touchés ( perte de croissance et vulnérabilité plus grande aux maladies )
Risques de réactions allergiques ( urtications, démangeaisons, œdèmes ), parfois grave, chez l’homme et les animaux domestiques.
En effet, ces chenilles libèrent, à certains stades de leur développement, de nombreux poils microscopiques, sorte de petits harpons qui se fixent dans la peau.
Suite à un frottement, ceux-ci se cassent et libèrent du venin provoquant des allergies.
La période à risque s’étale de fin mai à fin juillet pour la processionnaire du Chêne.

Partager cette page :